Pratiques rédactionnelles pour les magazines à faible ou moyenne diffusion par Sheila Sampath

Par Sheila Sampath, directrice de la rédaction et de la création, Shameless Magazine

Les pratiques rédactionnelles sont une combinaison de structures professionnelles, interpersonnelles et politiques établie pour orienter les prises de décisions et le flux des travaux au cours du processus de production. De la conceptualisation d’un numéro à son exécution, ces considérations contribueront à articuler et à documenter le pourquoi, le quoi et le comment de votre travail.

La dimension politique : Définir la nature du mandat rédactionnel (ou : POURQUOI nous publions le magazine?)

1. Articulez un énoncé clair du mandat.

Que vous prépariez une nouvelle publication ou une publication existante, il est fondamental de prendre le temps d’articuler le mandat de votre magazine (ou d’en acquérir une compréhension approfondie) pour établir un cadre propice à des prises de décisions transparente et fiable. Quel rôle votre publication joue-t-elle dans un genre de publication, une industrie ou auprès d’un groupe démographique? Existe-t-il un énoncé de mission, un énoncé de vision ou un énoncé de philosophie de votre publication? Le cas échéant, quelle en est votre compréhension, ou comment vous et votre équipe rédactionnelle existante pouvez-vous les décliner ou les réinterpréter? Une discussion entre les membres de l’équipe (et du conseil, s’il y a lieu) peut être organisée à l’interne ou avec l’aide d’un coordonnateur de l’extérieur.

2. Déterminez devant qui vous devez répondre de vos décisions

La négociation de la responsabilité, dans le monde de l’édition, peut être une tâche ardue, mais elle est utile, tout au moins, pour orienter votre mandat et cerner à qui s’adresse votre publication. Quelle est votre structure de financement et quelles attentes sont liées à ces sources de revenus? Qui constitue votre bassin-lecteur et quel rôle souhaitez-vous jouer dans leur vie? Si ces deux groupes ne sont pas les mêmes, ou ont des visées conflictuelles, comment entendez-vous résoudre ces tensions?

3. Accordez priorité aux voix qui comptent

En vous inspirant de votre mandat et de votre réflexion sur votre responsabilité, demandez-vous À quelles voix devons-nous accorder une place centrale? Ces voix sont-elles actuellement représentées dans des rôles de leadership au sein de votre publication? Et, quelles pratiques et politiques devons-nous mettre en œuvre pour refléter cette vision? Vous devez comprendre que le rayonnement vers de nouvelles communautés de rédacteurs et de rédacteurs en chef est un processus continu de culture des rapports de confiance et d’établissement de relations.

La dimension professionnelle : Veiller au respect d’un flux des travaux clair et de la qualité (ou : QUE faisons-nous?)

1. Définir les rôles et les responsabilités

Dans les publications à faible ou moyenne diffusion, les employés sont souvent polyvalents. Que votre publication en soit à ses premiers balbutiements ou qu’elle soit plus établie, il est utile de prévoir la tenue d’audits semi-réguliers afin de vous assurer que les membres de votre équipe se sentent reconnus pour leur apport, et pour déterminer s’il y a de meilleures façons de structurer le pouvoir ou de répartir le travail. Lorsque les attentes liées à un poste sont clairement définies, les gens savent quand demander du soutien, à quoi consacrer leur temps et leur énergie, et comment se définir par rapport à leurs collègues.

2. Établissez les étapes du processus rédactionnel et un calendrier

La définition des phases d’un cycle de production est particulièrement importante pour le personnel et pour les collaborateurs de votre publication. Voici quelques questions à retenir :

  • Comment la conceptualisation des numéros est-elle effectuée? Qui participe à ce processus?
  • Quels processus sont en place pour rejoindre des rédacteurs ou répondre aux propositions?
  • Comment déterminerez-vous si un rédacteur est bien adapté à un article (et si ce choix s’aligne bien sur ce que vous avez défini dans votre mandat rédactionnel)?
  • À quoi aimeriez-vous que ressemble votre processus auprès des rédacteurs? À titre d’exemple, souhaitez-vous obtenir un aperçu, une première ébauche, une deuxième, une troisième?  Y a-t-il une conversation continue entre le rédacteur en chef et le rédacteur? Quelles sont les échéances que vous souhaitez que les rédacteurs respectent et lesquelles pouvez-vous garantir que vous respecterez vous-même?
  • Une fois qu’un texte est déposé, quel est le processus de révision, de vérification des faits et de correction d’épreuves en place? Si des problèmes ou changements importants surviennent tard dans le processus, comment seront-ils communiqués au rédacteur?
  • À mesure que les textes arriveront aux étapes de la mise en page et de la création visuelle, le cas échéant, comment votre mandat rédactionnel sera-t-il respecté lorsque votre directeur de la création collaborera avec les photographes et illustrateurs?
  • Quand les collaborateurs pourront-ils prévoir recevoir un paiement? Comment les informerez-vous que leur travail a été publié?
  • Quel sera le degré de chevauchement entre les numéros?
  • Comment pouvez-vous avoir des réserves pour les éventualités dans votre calendrier de publication?

En établissant les balises de ce processus, réfléchissez à la façon dont vous prévoyez le communiquer à votre équipe, et au mode de suivi des communications dans votre organisme. Note : il existe plusieurs systèmes en ligne gratuits ou peu coûteux qui peuvent faciliter la gestion de ce processus une fois qu’il a été balisé (p. ex. : calendrier Google, Trello.com, Slack).

3. Faites preuve de souplesse – demandez aux membres de votre équipe ce dont ils ont besoin pour bien s’acquitter de leur tâche

Bien qu’il soit utile d’avoir un processus et un calendrier clairement articulés, pour bien collaborer avec des intervenants de provenances diverses, il faut savoir faire preuve de souplesse. Par exemple, un rédacteur qui dépose un texte personnel traitant d’un événement de vie traumatisant peut réaliser que le processus rédactionnel peut être exigeant sur le plan émotif et avoir une incidence sur son bien-être; une personne convoquée en entrevue peut être aux prises avec une situation personnelle difficile et ne pas être immédiatement dans un bon état d’esprit pour passer une entrevue. Les exemples sont nombreux. Dans ces cas, il est utile de passer en revue votre mandat rédactionnel, et plus particulièrement de revoir ce que signifie « être responsable », cerner des voix spécifiques pour bien centrer le propos, et de demander aux collaborateurs ce dont ils ont besoin pour déposer leurs textes en respectant l’échéancier. Plus vous réussirez à préserver un climat d’ouverture dans les communications et de résoudre les problèmes avec les personnes qui collaborent avec vous, plus souple sera le processus (et la relation de travail).

La dimension personnelle : Définir des façons de travailler (ou : COMMENT travaillons-nous?)

1. Positionnez-vous par rapport à votre mandat

Pour être en mesure d’aller plus avant dans le processus rédactionnel – c’est-à-dire non seulement définir le travail qui doit être produit, mais aussi comment il doit l’être – nous devons cerner la nature de notre relation avec notre mandat, notre bassin-lecteur et nos collaborateurs. Estimez-vous faire partie de votre bassin-lecteur? Quelles communautés et identités représentez-vous, et sont-elles celles dont vous voulez faire entendre la voix? Vos réponses à ces questions peuvent vous aider à articuler les nuances de votre rôle (par exemple : rédacteur en chef comme facilitateur, par opposition à rédacteur en chef comme spécialiste; éditeur comme allié, par opposition à éditeur comme représentant). Votre relation à votre mandat et avec votre bassin-lecteur peut changer au gré du temps; c’est pourquoi il est utile de voir cette démarche comme un processus continu et itératif de réflexion personnelle.

2. Soignez votre travail

Il arrive souvent que nous héritions de méthodes de travail issues de milieux ou d’expériences inéquitables ou qui contribuent à l’usure ou à la fatigue (p. ex. : stages non rémunérés, école de journalisme, notamment). Rien ne nous empêche de redéfinir nos relations avec nos collègues, dans un cadre attentionné et respectueux. Demandez-vous : Comment puis-je établir une vision rédactionnelle solide, tenir compte des défis qui vont de pair avec un environnement où priment les échéances, et être attentionné à l’égard de mes collègues et collaborateurs afin qu’ils produisent le meilleur travail possible tout en restant fidèles à eux-mêmes? Quels apprentissages et « désapprentissages » doivent se faire pour instaurer un nouveau genre d’environnement de travail?

3. Voyez le processus rédactionnel comme une forme de développement des relations/communautés

Très peu de publications n’existent que dans le but de publier – souvent, nous nous attachons à mettre le bassin lecteur en rapport avec des connaissances, à exposer le public à de nouvelles idées ou à établir des liens entre les communautés. En notre qualité de rédacteurs en chef et d’éditeurs, nous agissons comme agents de liaison pour établir ces relations et, de ce fait, le développement de relations constitue toujours un élément central de ce que nous faisons. Ayez cette réflexion à l’esprit en poursuivant votre démarche de définition du mode de déroulement de votre travail.


Les fiches Hotsheets : Lectures utiles pour les magazines culturels et indépendants. Chaque « hotsheet » diffuse de l’information actuelle sur un sujet donné et est rédigé par un expert du domaine. Les fiches Hotsheets ont été préparés par Magazines Canada.

Canada Council for the Arts / Conseil des arts du Canada Department of Canadian Heritage  Ontario Arts Council / Conseil des arts de l'Ontario Ontario Creates / Ontario Créatif

Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published.