Les magazines nous stimulent et contribuent à notre rayonnement

Matthew Holmes
Matthew Holmes

J’ai eu l’honneur, cette semaine, d’assister à l’édition 2017 de la remise des Prix littéraires du Gouverneur général, à Rideau Hall. Cette cérémonie est toujours émouvante et, pour moi, les murs de la Salle de bal sont imprégnés de la solennité et de l’écho d’autres événements importants dont ce lieu a été témoin : cérémonies de citoyenneté ou encore d’assermentation des nouveaux gouvernements.

Pour plusieurs d’entre nous qui assistions à l’événement, la soirée était chargée d’une signification nationale similaire à celle de ces autres grands moments. Comme l’identité nationale — qu’elle soit vécue au niveau personnel du citoyen ou au moment de la formation du gouvernement de notre pays — les souvenirs que nous ravivons, les histoires que nous chérissons et celles que nous partageons sont autant de mailles qui tissent l’expérience canadienne. Les prix de cette année rendaient hommage à des récits qui portent sur nos plus profondes cicatrices liées à la période des pensionnats, explorent les caprices de nos langues dans le domaine de la traduction, ou décrivent comment nous, comme Canadiens, comprenons les crises géopolitiques d’aujourd’hui et y réagissons.

Dans la foulée de l’événement, une collègue du Conseil des arts du Canada m’a étonné en décrivant à quel point les magazines ont joué un rôle essentiel pour rendre ce prix possible — son propos visait à faire valoir que les magazines sont souvent le premier lieu où ces histoires sont découvertes, documentées et partagées avec les auditoires, que ce soit par du journalisme d’affaires publiques, de la poésie ou de la fiction, ou par la présentation d’un nouvel élément de recherche historique. Les magazines sont des « pipelines » et des « tremplins » pour nos meilleurs rédacteurs et créateurs.

Heureusement, le gouvernement canadien reconnaît depuis longtemps l’importance de nos magazines pour cultiver et faire rayonner les voix d’ici, par l’intermédiaire de subventions et de programmes de soutien offerts par le Conseil des arts du Canada et le Fonds du Canada pour les périodiques, du ministère du Patrimoine canadien.

Le lendemain de l’événement de Rideau Hall, j’ai participé à un point d’information des représentants de la délégation canadienne aux pourparlers de l’ALENA, qui revenait du Mexique. Là encore, et d’une façon tout à fait différente, j’ai été frappé par l’importance de nos magazines pour les secteurs agricole, du commerce et professionnel. À l’heure où l’ALENA et le Brexit annoncent de profonds changements des règles et coutumes du commerce mondial, nos secteurs industriel et agricole ont besoin d’un solide éclairage canadien pour composer avec les défis auxquels leurs entreprises sont confrontées. Que ce soit à propos des nouvelles tendances protectionnistes de nos voisins du Sud en matière d’acier ou de bois d’œuvre, ou de la spécificité de nos pratiques juridiques, médicales et comptables, les professionnels canadiens dépendent étroitement de l’information technique et la plus récente que seuls leurs journaux et magazines peuvent leur procurer.

Bien sûr, nos titres offrent également les mêmes informations légères, les potins et le divertissement que vous pouvez trouver dans les petits journaux et les imprimés gratuits qu’on trouve au coin des rues : les Canadiens continuent de les priser et choisissent souvent un magazine pour s’offrir un moment d’évasion. Mais nos magazines sont beaucoup plus que cela : ils sont un maillon important du tissu culturel et d’affaires du pays, où nous affrontons et remettons en question des enjeux sociaux importants, résolvons des problèmes techniques et découvrons des artistes d’ici qui pourraient un jour avoir un rayonnement mondial.

C’est avec ces réflexions en tête que, la semaine dernière, nous avons tenu un événement sur la Colline parlementaire pour faire valoir la diversité des magazines d’ici. La ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly a prononcé un discours où elle évoquait son propre vécu à l’égard des magazines, et d’autres députés m’ont fait part de leur expérience personnelle comme journalistes, rédacteurs et lecteurs de magazines. Ce n’est pas sans fierté qu’on pouvait voir quelques centaines de titres de nos membres dans un kiosque installé dans les locaux de notre gouvernement : ils provenaient de partout au pays et traitaient de tous les aspects de notre société.

Nous nous sommes livrés à cet exercice dans le but d’offrir aux députés un exemple visuel de la grande diversité de voix et d’intérêts qui jouissent du soutien du Fonds du Canada pour les périodiques, et pour faire valoir l’importance de maintenir et de moderniser ce soutien essentiel à notre industrie du périodique. Produits dans chaque province et chaque territoire, et publiés dans 34 langues, les magazines sont véritablement un miroir de notre nation.

Que ce soit la couverture audacieuse du magazine Canadian Art traduite en langue crie et faisant valoir certains de nos incroyables artistes en arts visuels, ou l’entrevue dans L’actualité avec la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland dans le contexte de l’avenir incertain de l’ALENA, ou le débat de Canadian Geographic sur l’oiseau national du Canada qui a attiré l’attention du monde entier, la couverture par The Western Producer du prix du bison à Regina, ou les conseils de Saltscapes et de Canadian Living pour nous aider à planifier la période des Fêtes, nos magazines canadiens traitent de tous les aspects de la vie et des entreprises des gens d’ici — en version imprimée, en ligne et dans les médias sociaux — et présentent des points de vue qui n’existent d’aucune façon comparable où que ce soit d’autre.

À l’approche des Fêtes, le cadeau que nous vous réservons sera une nouveauté pour Magazines Canada : nous nous investirons davantage à faire valoir les réussites de notre industrie et à présenter nos membres fascinants et l’incroyable travail qu’ils accomplissent quotidiennement sur toutes les plates-formes, avec le soutien des investissements gouvernementaux, y compris le Fonds du Canada pour les périodiques.

Au cours des prochaines semaines, Magazines Canada présentera de courts profils de certains magazines d’ici pour illustrer ce qui distingue notre secteur — des grandes marques aux publications de créneau. Entretemps, voyez quelques exemples exceptionnels, ou inscrivez-vous pour recevoir notre infolettre gratuite où vous pourrez consulter du contenu récent de nos membres chaque mois !

Canada’s History
« Canada’s Great Women », janvier 2016

En 2018, Canada’s History soulignera l’avènement du droit de vote fédéral pour les femmes canadiennes — un des nombreux moments de la longue lutte pour le suffrage universel. L’année dernière, dans le contexte de la parution du numéro « Great Women » de Canada’s History, un panel d’historiennes d’exception nous lançait le défi de réduire notre liste des grandes Canadiennes. Certains noms étaient célèbres; d’autres étaient obscurs. Une campagne menée en ligne invitait les Canadiens à proposer leur propre choix de personnalités féminines. Le résultat fut concluant : plus de 100 noms ont été mis en nomination ! Les articles sur les grandes personnalités féminines canadiennes ont rejoint des milliers de Canadiens.

Maclean’s
« The Lonely Death of Chanie Wenjack », octobre 2016

Maclean’s a fait valoir le lancement d’un nouveau projet solo inattendu par la chanteuse du groupe Tragically Hip, Gord Downie, en octobre 2016. The Secret Path raconte l’histoire de Chanie Wenjack, âgée de 12 ans, qui est décédée en 1966 en s’enfuyant du pensionnat autochtone Cecilia Jeffrey. Maclean’s a enrichi l’article en offrant aux lecteurs un lien vers l’article-vedette de 1967 portant sur le calvaire de Chanie.

Québec Science
« Trump : Une Anomalie qui nargue les politologues », octobre 2016

Dans cet article publié avant l’élection présidentielle américaine de 2016, Québec Science passe en revue les prédictions des sondeurs américains à propos des résultats des élections, et fait valoir que la réalité de la montée de la cote de popularité de Donald Trump ne cadre tout simplement pas avec les sondages, qui prévoyaient à l’époque une victoire de Hillary Clinton. Une lecture particulièrement captivante, compte tenu du résultat des élections et de l’année qui s’est écoulée depuis.

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *